drapeau_du_Qu_becDerrière ce titre racoleur se cache en fait mon expérience comme casseur de tabac dans la Belle Province. Un casseur est un ouvrier agricole qui arrache les feuilles des plants de tabac.

J'ai découvert le Québec, il y a quelques années, dans le cadre d'un échange franco-québécois organisé par l'association france-québec. http://www.france-quebec.asso.fr/

Le but était de vivre une expérience de travail de quelques semaines dans le contexte agricole québécois tout en visitant et découvrant le Québec.

Une fois sur le sol Québécois les participants à l'échange sont répartis dans les différentes exploitations partenaires. Nous sommes donc arrivés à six dans une ferme du village de Sainte-Mélanie près de Joliette dans la région de Lanaudière.

Localisation_Sainte_M_lanie

Nous étions logés à trois par maison mobile mais nous devions nous occuper de l'intendance (repas, lessives...)

maisons_mobiles

Les Maisons mobiles

Arrivés à la mi-juillet, la récolte n'a commencé qu'au début du mois d'août nous permettant de voyager à notre guise jusqu'au début de la récolte. C'est ainsi que je suis parti pour Montréal, Québec et Tadoussac, utilisant le stop et les transports en commun.

_glise_de_Sainte_M_lanie

église de Sainte-Mélanie

La récolte du tabac consiste, installé avec 3 autres casseurs sous un enjambeur autotracté, à casser les 3 plus basses feuilles des plants. Pour récolter la totalité des feuilles d'un plant il faut donc effectuer plusieurs passages séparés de quelques jours, les feuilles mûrissant du bas vers le haut. Sur le niveau supérieur de la casseuse une employée est chargée de réceptionner les feuilles de chaque casseur et de les aligner dans un bac à l'arrière. Bac qui sera ensuite déchargé et placé dans un séchoir.

Casseuse

l'enjambeur à l'entrée de rangs

enjambeur

la casseuse à la sortie de rangs

les_feuilles_sont_entass_es_dans_le_bac

les feuilles sont rangées dans le bac

C'est un travail très physique la journée commençant vers 5h30 pour finir seulement une fois le quota atteint. La position de travail est loin d'être confortable, au petit matin il fait frais et la sève des plants est collante comme du goudron. Pour tout arranger, en septembre pour empêcher les plants de geler ils sont arrosés, l'eau est coupée juste avant notre arrivée: très désagréable de passer des heures au milieu des feuilles humides qui vous fouettent le visage . Ironie du moment, aucun de nous n'est fumeur. Nous étions libres aux environs de 15h et avions le reste de la journée pour nous ravitailler au village à vélo grâce à l'argent gagnée, nous baigner dans la rivière Assomption proche, nous balader au parc régional des Chutes-Monte-à-peine-et-des-Dalles ou aller à Joliette. La région est magnifique noys faisant oublier que dès le lendemain matin le dur labeur reprend.Au début du séjour je me souviens avoir rencontré des difficultés à comprendre les  sympathiques habitants de Sainte-Mélanie à cause de l'accent mais heureusement avec le temps tout est rentré dans l'ordre.

Parc_r_gional_des_Chutes_Monte___peine_et_des_Dalles

rivière l'Assomption

La récolte s'est achevée après la mi-septembre, certains sont rentrés directement en France et d'autres comme moi ont choisi de prolonger leur séjour au Canada...